Protection et solutions mixtes en faveur des réfugiés maliens : Energie/environnement + moyen d’existence

1- Contexte et justification

La crise du Nord Mali de 2012 a provoqué un départ par milliers, de citoyens maliens vers le Sud du pays et les pays voisins tels le Niger, la Mauritanie, le Burkina Faso et l’Algérie. Au Burkina Faso, à la date du 31 octobre 2015 selon le HCR, on dénombrait environ 34 322 réfugiés répartis dans 9,367 ménages (UNHCR, 31 octobre 2015). Parmi ceux-ci, 32 628, (95%) vivent dans la Région du Sahel avec environ 24 427 dans les deux camps consolidés de Goudoubo et de Mentao. Dans les zones hors camps on dénombre plus de 8 201 réfugiés qui y sont installés.

L’arrivée des réfugiés maliens au Burkina Faso a augmenté les besoins en bois pour les multiples usages (bois de service, bois de chauffe, etc.) aggravant de ce fait les problèmes environnementaux déjà assez cruciaux dans les différentes zones d’accueil. En effet, ces zones agro écologiques sont déjà sous l’emprise de pratiques néfastes à l’environnement telles que la divagation des animaux, la coupe abusive du bois vert et la forte pression démographique ou animale occasionnant une compétition sur l’utilisation des ressources naturelles et pour l’occupation de l’espace. Il faut noter également que l’arrivée des réfugiés durant la phase d’urgence a été fortement marquée par l’utilisation de matière plastique qui a contribué à dégrader davantage l’environnement.

Face aux enjeux de satisfaction des besoins des populations hôtes et des réfugiés en énergie domestique et à ceux de préservation de l’environnement dans ces zones, le HCR a élaboré pour la période 2015-2018, une stratégie globale d’accès à l’énergie dans les camps de réfugiés du Burkina afin de satisfaire les besoins des réfugiés, mais également préserver l’équilibre écologique

Cette stratégie est basée essentiellement d’une part, sur la fourniture de l’énergie indispensable pour la cuisson et l’éclairage, la promotion des technologies économes d’énergies ou la substitution du bois par les énergies renouvelables. D’autre part, la stratégie se focalise également sur la réhabilitation des zones de collecte de bois mort et les anciens camps de réfugiés tout en veillant à une promotion de l‘éducation environnementale des réfugiés et à leur auto-prise en charge à travers des activités génératrices de revenus en rapport avec l’énergie domestique.

Depuis 2012, un plan de réponse qui repose sur l’offre d’une protection internationale adéquate et une assistance appropriée pour les réfugiés est mise en œuvre au Burkina Faso. Ainsi le principe de non refoulement a été un élément important dans l’accueil de ces personnes, et il s’en est suivi trois niveaux d’enregistrement ainsi que la protection de l’ensemble des réfugiés par les autorités burkinabé, tant au niveau local qu’au niveau central.

 Les activités de protection, d’enregistrement, de fourniture d’une assistance adéquate en fonction des besoins spécifiques des réfugiés sont en train d’être assurées sous la direction collégiale du HCR et du CONAREF, appuyés par les structures des Nations Unies (UNICEF, FAO, etc.), les services étatiques et les Organisations humanitaires.

Cependant, il faut noter que la couverture des besoins énergétiques des nombreux réfugiés dans un contexte sahélien caractérisé par un climat très difficile et une végétation constituée essentiellement de steppes, reste un défi énorme. Des initiatives sont développées (distribution du bois, promotion des énergies renouvelables, etc.) pour la satisfaction des besoins énergétiques. Malgré les grosses quantités de bois déjà ramassées de manière contrôlée en collaboration avec les populations locales ou acheminées à partir d’autres provinces du Pays et distribuées aux réfugiés, les besoins énergétiques ne sont pas comblés. HELP va poursuivre la fourniture de l’énergie pour la cuisson des aliments tout en mettant l’accent sur les stratégies d’économie de bois par l’utilisation des foyers améliorés et orienter la satisfaction des besoins énergétiques par l’introduction progressive d’autres combustibles tout en travaillant à diffuser davantage les cuiseurs solaires dans les ménages. Pour l’année 2015 ; grâce à un financement de la Fondation IKEA, Help va conduire des activités pour assurer un meilleur éclairage des camps. Par ailleurs dans le souci de maintenir une cohabitation pacifique entre réfugiés et populations hôtes des actions seront mises en œuvre pour la sauvegarde et la préservation des ressources naturelles partagées.

2-Objectif du projet

a-Objectif principal

L’objectif du projet sera d’assurer la couverture des besoins des réfugiés en énergie domestique, de promouvoir une meilleure gestion des ressources naturelles et de faciliter le développement d’AGR liées à ces deux concepts (énergie et GRN).

b-Objectifs spécifiques

Le présent projet veillera de façon spécifique à :

  • Faciliter l’accès de la population réfugiée à l’énergie ;
  • Assurer une meilleure protection des ressources naturelles et de l’environnement partagé ;
  • Améliorer l’autosuffisance et les moyens d’existence des réfugiés.

 3-Résultats attendus

Résultat 1 : Les besoins des réfugiés en énergie domestique sont satisfaits à 90%

Résultat 2 : Les énergies renouvelables pour la cuisson et l’éclairage sont introduits ;

Résultat 3 : Les technologies économes d’énergie bien adaptées au contexte des réfugiés sont introduites ;

Résultat 4 : L’impact escompté est l’atténuation des effets environnementaux liés à la présence des réfugiés maliens par la réhabilitation, la protection, la préservation du potentiel ligneux et herbacée. Il sera accordé une importance à la récupération des zones nues et la réhabilitation des anciens camps pour une utilisation durable afin d’en faire des zones à vocation pastorale et agricole ;

Résultat 5 : L’impact escompté est le suivi des personnes formées et assistées afin que les activités génératrices de revenus puissent permettre aux ménages de se prendre en charge ;

4-Bénéficiaires

Le projet bénéficiera à 24 427 réfugiés répartis dans 6 940 ménages vivant dans les camps de Goudoubo, Mentao, selon la répartition suivante :

  • Dans la Province du Soum, Camp de Mentao : 13 779 réfugiés répartis dans 3 825 ménages ;
  • Dans la Province du Séno, (camp de Goudoubo) : 10 648 réfugiés, soit 3 115 ménages.

 

 

Mot de la Directrice Pays de Help
La vision de Help est un monde où tous les hommes, femmes et enfants peuvent vivre de manière autonome dans la dignité, la paix et la sécurité. Le contexte du Burkina Faso est marqué par un indice de (...)