Contrôle de l’effectivité de la gratuité des soins au Burkina Faso : Help à pied d’œuvre
Publiée le 22 décembre 2021

Help est l’une des organisations pionnières ayant cru à la gratuité des soins en faveur des enfants de 0-5 ans, des femmes enceintes et qui se sont investies pour sa diffusion à l’échelle nationale au Burkina Faso. La phase pilote a débuté en 2008 au moment où les statistiques sanitaires indiquaient qu’au moins 1 enfant sur 6, n’arrivait pas à fêter son 5ème anniversaire. Aujourd’hui, cette gratuité est devenue une réalité bien que sa mise en œuvre se heurte à de nombreuses difficultés. Help à l’instar d’autres organisations, a une mission de contrôle de l’effectivité de la gratuité des soins visant l’amélioration de l’accès des populations aux soins de santé.

Le paiement direct des soins constitue une barrière infranchissable à l’accès aux soins de santé au Burkina Faso. De l’analyse du système de santé, il ressort que la faible accessibilité financière et géographique aux soins de santé primaire, le manque d’un système pérenne pour garantir l’accès aux soins de santé pour les groupes vulnérables, le déficit de documentation scientifique sur les effets de l’exemption des frais d’usagers sont entre autres des obstacles pour l’offre de soins de santé au profit des populations.

L’intervention de Help en 2008 visait donc à améliorer l’accès à des soins de santé de qualité pour les femmes enceintes et allaitantes, les enfants de moins de cinq ans et les indigents grâce à un système de subvention à 100% des soins de santé. Les résultats de cette expérience de l’exemption de paiement direct des frais de soins de santé pour les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes et allaitantes et les accouchements furent impressionnants. Une augmentation spectaculaire des taux d´utilisation des centres de santé dans deux provinces (Yagha et Séno) qui présentaient auparavant les pires taux en termes d´accès aux soins sur le plan national. Parti d’une consultation tous les deux ans par enfant, on est arrivé à 3 par an et par enfant de 2013 à 2016 selon le rapport des dix ans de Help. D’un taux de 70% de femmes accouchant sans assistance médicale, on a atteint 100% dans les deux Districts sanitaires de Sebba et de Dori entre 2013 et 2016 selon la même source.

Le contrôle, instrument de transparence au service de l’effectivité de la gratuité des soins

 Avec l’appui des partenaires techniques et financiers et d´autres ONG sœurs, le plaidoyer conduit sur la base d’évidences scientifiques a abouti à généralisation de la gratuité des soins au profit des femmes enceintes et des enfants de 0-5 ans en 2016 par le gouvernement burkinabè. Depuis lors, Help fait partie des ONG nationales et internationales qui implémentent le volet contrôle de l’effectivité de la gratuité des soins en partenariat avec le Ministère de la Santé dans les régions du Centre, des Hauts-Bassins et du Sahel.

Chaque mois, les enquêteurs de Help, appuyés par des contrôleurs et des superviseurs réalisent des enquêtes auprès des bénéficiaires dans les ménages, dans les formations sanitaires ainsi qu’une revue documentaire des outils de la gratuité. Ces contrôles permettent non seulement de déceler les bonnes pratiques en matière d’application de la mesure de gratuité des soins, mais aussi de relever les dysfonctionnements à corriger.

Les séances de restitution des enquêtes dans les districts sanitaires révèlent des cas de bonnes pratiques dans l’archivage des documents de la gratuité, une bonne appréciation de la politique de gratuité par les bénéficiaires. Le taux d’effectivité globale de la gratuité des soins en septembre 2021 était estimé à 67% pour la région du Centre, 86% pour les Hauts-Bassins et 81% pour le Sahel.

En termes d’irrégularités, on note des cas de surfacturation, d’ordonnances fictives, de ruptures importants de médicaments, de rétention ou de vente parallèle de produits et d’articles non médicaux au sein des formations sanitaires (layettes, couches, savon en poudre…), de mauvais remplissage des ordonnances et des fiches d’hospitalisation, de rackets, de double, voire triple prescriptions d’un même examen chez un même patient le même jour, de facturation à la fois au patient et à la gratuité, d’absence de numéro du patient sur les ordonnances et fiche de gratuité limitant d’éventuelles vérifications, l’irrégularité des remboursements qui impacte la capacité financière des formations sanitaires, etc. Selon les données du bulletin No 3 du Secrétariat technique pour la Couverture sanitaire universelle (ST-CSU), « 487 cas de surfacturations, 271 cas de paiements à tort, 182 cas de patients fictifs, 126 cas de ventes parallèles de produits et 126 cas de retentions de produits détectés dans les formations sanitaires contrôlées » ont été relevés de janvier à septembre 2021 dans les formations sanitaires.

Ces cas de manquements constituent un frein à la bonne mise en œuvre de la gratuité, et naturellement, à l’accès des cibles aux soins de santé. De ce fait, des rapports trimestriels du contrôle de l’effectivité de la gratuité sont produits et reversés au niveau du Ministère de la Santé. Ils servent donc d’outils d’aide à la prise de décision aux différents niveaux des soins en vue l’amélioration de la qualité de l’offre de soins de santé au profit des populations, particulièrement celles les plus pauvres.

 

Mot de la Directrice Pays de Help
La vision de Help est un monde où tous les hommes, femmes et enfants peuvent vivre de manière autonome dans la dignité, la paix et la sécurité. Le contexte du Burkina Faso est marqué par un indice de (...)