Burkina Faso : Le projet “Soonré” pour l’autonomisation des déplacées internes du Centre-Nord et du Nord
Publiée le 3 novembre 2021

Le gouverneur de la région du Centre-Nord, Casimir B. Segueda, a présidé le lancement officiel du projet de l’ONG Help dénommé "Soonré" signifiant « A l’aube d’une vie nouvelle ». C’était le jeudi 28 octobre 2021 à Kaya, en présence du gouverneur du Nord et de l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Burkina, Andreas Pfaffernoschke. Le budget de ce projet qui vise l’autonomisation des personnes déplacées internes (PDI) de ces deux régions est estimé à environ trois milliards de francs CFA et est financé par le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ).

A l’instar de Binta Bamogo, elles sont nombreuses, les personnes fuyant la terreur, les menaces et les attaques récurrentes de groupes armées au Burkina Faso. Ainsi, l’on dénombre à ce jour selon le Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR), plus de 1,4 million de personnes déplacées internes qui ont besoin d’assistance humanitaire.

« J’ai fui Kelbo (commune de la province du Soum) pour me refugier ici, parce qu’un groupe armé s’est mis à tuer les gens de la localité sans raison. Ils ont tué nos maris, nos pères et grand-frères », a confié Binta Bamogo, une déplacée interne bénéficiaire de l’appui de l’ONG humanitaire Help à Boussouma, dans le Centre-Nord.

« L’aide que nous apporte Help en ustensiles de cuisine, en nourriture et autres est la bienvenue. Mais si nous bénéficions d’un soutien afin de pouvoir entreprendre une activité génératrice de revenus, ce serait l’idéal », a-t-elle renchéri.

Ce besoin exprimé par Binta Bamogo, a bien été pris en compte par Help Burkina et a d’ailleurs suscité le lancement du nouveau projet “Soonré” en vue de renforcer l’autonomisation des PDI et des populations hôtes.

Il vient en appui au précédent projet de l’ONG intitulé « Solidarité agissante pour un vivre ensemble entre personnes déplacées internes et populations hôtes dans les régions du Nord et du Centre-Nord » qui est en cours d’exécution, dont le bilan a été dressé avec satisfaction au regard des résultats atteints.

C’est d’ailleurs, la mise en œuvre de ce projet qui a permis d’offrir à Binta Bamogo et à d’autres déplacés internes une lueur d’espoir. Mais Help ne compte pas se limiter à l’assistance et entend mieux faire en permettant à ces personnes vulnérables de devenir “maîtres de leurs destins”.

Pour y arriver, les actions à mener sur le terrain à travers le projet “Soonré” sont diverses.

Il s’agit, entre autres, de travailler à la promotion d’un dialogue social inclusif pour une cohésion entre PDI et populations hôtes ainsi qu’à l’intégration de plusieurs milliers d’entre eux dans des zones stables. A cela s’ajoute le renforcement de l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement, la négociation et la sécurisation des terres pour les besoins d’exploitation agricole et la réalisation de 800 abris semi-durables au profit de 800 familles.

« Les régions du Centre-nord et du Nord accueillent 44% des personnes déplacées internes, soit 620 046 PDI. Les besoins humanitaires demeurent donc énormes et les appuis de nos partenaires sont toujours attendus, tant qu’ils respectent les politiques et règles administratives en vigueur », a indiqué le gouverneur du Centre-Nord, Casimir B. Segueda en son nom et celui de son homologue du Nord, Justin Somé.

Le présent projet “Soonré”, d’une durée de quatre ans, financé à environ trois milliards de francs CFA, a pour but de toucher environ 500 000 personnes (PDI, personnes retournées et populations hôtes) en assurant leurs moyens de subsistance tout en renforçant leur résilience à la crise dans le Centre-nord et le Nord du Burkina Faso.

« Plus de 500 000 bénéficiaires, hommes, femmes et enfants affectés par la crise profiteront de ce soutien. Ce projet vient donc en appui à toutes les initiatives engagées par l’Etat burkinabè dans sa réponse à la crise humanitaire et est en parfaite synergie avec la politique nationale en matière de résilience et d’amélioration de la cohésion sociale », a affirmé Andreas Pfaffernoschke, ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne.

Il dit par ailleurs avoir entièrement confiance à Help et ne pas douter un seul instant de ses capacités à relever avec succès les défis de l’implémentation de ce projet multisectoriel.

“Soonré” s’articule sur trois axes à savoir la construction de la coexistence pacifique, l’accès aux services sociaux de base, la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Ses principales cibles sont les PDI, les populations hôtes, les personnes retournées, les services techniques déconcentrés, les collectivités locales.

« La vision de Help est de “transformer les épreuves en perspectives” et cela se traduit par un soutien de qualité que nous apportons aux personnes qui sont dans la détresse pour leur épanouissement et leur autonomisation », a souligné Kristina Rauland Yambré, directrice pays de Help Burkina.

Pour elle, seules la synergie d’action et la collaboration permettent de réussir la mission. Ce qui justifie l’organisation de cet atelier de lancement du présent projet au cours duquel Help a eu la possibilité d’échanger avec les parties prenantes sur les meilleures stratégies à mettre en œuvre pour réussir ensemble l’exécution des projets destinés aux deux régions.

Réussir cette mission est un impératif pour Help, au point de se donner les moyens pour renforcer l’équipement des services d’état civil, de santé, d’éducation, de protection, d’agriculture et d’élevage à travers des dotations (motos, matériels informatiques ...).

Pour l’opérationnalisation du projet, Help travaille en partenariat avec la Fédération nationale des groupements naam (FNGN) et Actions pour la promotion des initiatives locales (APIL). Help œuvre aussi en synergie avec les services techniques déconcentrés de l’Etat et les communes concernées par ledit projet.

Source : Lefaso.net

 

 

 

Mot de la Directrice Pays de Help
La vision de Help est un monde où tous les hommes, femmes et enfants peuvent vivre de manière autonome dans la dignité, la paix et la sécurité. Le contexte du Burkina Faso est marqué par un indice de (...)